Quand l’art s’invite à table 

J’explore depuis peu différents réseaux sociaux. J’ai découvert récemment Pinterest. Si vous cherchez du beau, du visuel, je vous conseille d’aller faire un tour. D’ailleurs, je comprends pourquoi la majorité des internautes inscrits sur Pinterest sont des femmes. Aujourd’hui on va parler food et notamment d’art culinaire.

Le Food Art quezako ?

Le food art, ce sont des oeuvres pour faire envie et saliver. Des oeuvres présentées dans une assiette et pas au Musée du Louvre ou de la Confluence. Qui n’a jamais mis les doigts pour dessiner dans sa purée ? Vous ne le savez peut-être pas, mais cette technique est devenue hype. Et sur Pinterest, les créations de food art sont légion.

Avez vous sans doute remarqué que vos enfants ont tendance à ronchonner lorsqu’il s’agit de passer à table ? Ce qui devait être au départ un moment intime et la seule occasion de se retrouver en famille se révèle être au final une contrainte. Je parle en connaissance de cause. Pour nos chers bambins, manger n’est pas une partie de plaisir. A table, on ne joue pas, un point c’est tout ! Mais avouons le, une assiette remplie de légumes par ci, et la tranche de viande par là, ça donne au final une assiette pas appétissante.

Certaines mamans semblent avoir pourtant trouvé la parade. La solution ultime ? Optez pour de la creative food ! Cette mode, très en vogue sur Pinterest, consiste à réaliser des plats créatifs. Attention, ce n’est pas Masterchef ou Top Chef. Ce n’est pas un concours culinaire. Il ne s’agit en effet pas de faire des plats digne d’un concours de Bocuse. Il suffit de faire appel à son imagination et de créer des assiettes qui suscitent l’envie de manger. C’est comme un blog, il faut interpeller ses lecteurs.

Mesdames, Messieurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Enfilez votre plus beau tablier et réveillez l’âme d’artiste enfoui en vous. Cuisiner pour vos enfants sera une  véritable partie de plaisir…ou pas. Vous l’aurez compris, avec le food art vous allez en mettre plein la vue à vos convives !.

En manque d’inspiration ? Voici quelques sélections bluffantes. De la sculpture, des formes, il y en a pour tous les goûts. Enjoy !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Digital detox : Jamais sans mon smartphone !

Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest et j’en passe. Force est de constater que les réseaux sociaux ont envahi notre quotidien. Et les usages numériques à foison nous laissent que peu de choix. Être connecté ou ne pas l’être,  telle est la question.

Jamais sans mon smartphone

A l’approche des grandes vacances, certain(es) d’entre vous devenir particulièrement très active sur Instagram ou encore Facebook. Ne serait-ce pour partager vos clichés de vacances. Si la majorité d’entre nous souhaitent se déconnecter totalement, d’autres ne peuvent pas se passer de leur smartphone. On entend souvent parler de digital detox et des stages « commandos » existent.  Etre ultra connecté, est-ce grave docteur ?

D’un côté, l’essor des objets connectés nous pousse à devenir toujours et encore connectés. Montres connectées, Tee-shirts, chaussures, lunettes.., les objets high-tech ont en effet envahi nos foyers et font désormais partie intégrante de notre vie.  Et si l’on apprenait à ne pas trop consommer et à ne plus surconsommer.  Est-ce improductif de choisir de se déconnecter et de ne plus être disponible à toute heure de la journée ?

Nomophobie quand tu nous tiens

Accepter de se déconnecter n’est pas forcément se retirer du monde social. Expérience oblige, partez en vacances où la wifi n’est pas accessible… mais on apprend à se détacher un peu. Et gérer sa connexion, c’est avoir le pouvoir sur le numérique.

Et non, je ne passe pas ma vie sur les réseaux sociaux. Mon smartphone me sert à tout : le temps passé dans les transports en commun est « amorti » : Netflix addict, mails, mooc, et j’en passe. Très active sur Twitter, j’aime être surtout à l’affût de l’actualité.
Après avoir lu mon pitch, vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire. Alors, laissez votre smartphone de côté pour vous interroger sur votre rapport à ces nouveaux usages numériques.

Et toi, nomophobe (peur d’être séparé de son smartphone) ? A bon entendeur..

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Que faites vous dans la vie ? Je suis Slasher »

Qu’est ce qu’un slasher ? Bloggeurs…vous allez sûrement vous reconnaître. Le terme désigne les personnes qui cumulent plusieurs activités. Une seconde activité qu’ils ont choisie plus par passion que par raison. Vous l’aurez compris, les Slashers ont une vie à plusieurs facettes : vie professionnelle, vie personnelle, vie 2.0, vie……Explications.

Une double vie professionnelle

Le SlahGen se reconnait souvent dans cette interrogation « Que faites-vous dans la vie ? ». Une réponse parfois difficile à répondre. Faites vous partie de ces personnes qui cumulent plusieurs activités ?

Selon une étude récente réalisée par le salon des micro entrepreneurs, on serait 4.5 millions en France à jongler avec au moins deux métiers. Une tendance qui semble se développer avec la crise et l’économie collaborative, qui favorise les jobs d’appoint. De plus, à l’ère du numérique, proposer ses talents est simple : rédacteur web, free-lance ou salarié à domicile. On peut également y vendre ses créations (bijoux sur Etsy, certaines se reconnaîtront) et faire de son hobby une seconde profession. Le phénomène est très répandu aux Etats-Unis et en Allemagne où certains salaires très bas, ce qui fait grimper les doubles emplois.

Crédit photo : Mallys

SlashGen, génération connectée

En France, la progression reste lente. Généralement, on choisit de mener deux activités différentes en parallèle par passion. Pour ma part, j’y vois davantage un loisir dans ma seconde activité de rédactrice web et de bloggeuse. D’ailleurs on est nombreux à mettre à profit le numérique et les réseaux sociaux. Génération Slash : génération connectée !. Fini la routine du métro boulot dodo, slasher c’est aussi refuser de s’enfermer dans le quotidien des horaires.

Crédit photo : BFM TV

Les recettes pour bien « slasher »

La clé de la réussite : le temps de travail. Cela ne sert à rien de travailler 24h/24 et 7j/7. Et travailler au-delà de 40 heures par semaine est contre-productif. J’en ai fait l’expérience. Il faut s’organiser : un temps alloué à chaque tâche. En dehors de mon temps de travail, je lit, je m’informe ou je suis des cours en ligne, les fameux « MOOC ». Si pour certains, mener plusieurs activités serait générateur de stress, je pense que changer d’activité permet de s’évader et surtout de s’aérer le cerveau.

Pour conclure, la Génération Slash est-elle la société de demain ? Qu’en pensez vous ? Il existe d’ailleurs un très bon blog dédié aux slasheurs : blog, Page Facebook

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé les MOOC

Les  MOOC ça vous parle ? Ce sont des cours en ligne accessibles à tous et gratuits. Sachez que les MOOC joueront un rôle clé dans la formation de demain. Je vous en dit plus.

Le numérique et les compétences de demain

Si les technologies numériques font désormais partie intégrante de notre quotidien, ces dernières ont profondément transformé par les usages du numérique et des réseaux sociaux notre société.

Cette société en perpétuelle évolution où il faut mettre sans cesse à jour ses compétences. La plupart des métiers n’existent pas encore aujourd’hui. Et d’autres ont vu le jour : community manager, infographiste…

Curieuse et autodidacte, j’ai donc voulu testé le MOOC. Petit retour d’expérience.

Fin 2015, j’ai découvert les MOOC. Depuis, je me suis inscrite à plusieurs Moocs. Les voici :  MOOC « Ecrire pour le Web » et « Communiquer sur les réseaux sociaux » proposés par Rue89, le Mooc « Les Réseaux, L’It et moi » proposé par Orange et Solerni et Digital Active de Google (se former au digital), Fast Mooc Snapchat Rue 89, Se former au code.

(Petite pause café… devant un MOOC)

Crédit photo : Vimeo
Crédit photo : Vimeo

Un Mooc, c’est quoi ?

Un MOOC ou Massive Open Online Course sont des cours en ligne. Pratique puisqu’on se connecte où on veut et quand on veut. Un MOOC se compose d’une partie théorique (plusieurs vidéos de 8 min environ suivies de quizz) et d’une partie pratique (cas pratique à réaliser et corrigé par des pairs). De plus, tout a été pensé pour qu’on se sente moins seul devant notre écran. Un forum d’animation permet aux apprenants de s’entraider ou d’interagir avec les intervenants. Chaque semaine, un vidéo Live est proposé et les enseignants répondent aux questions posées. En général, les cours durent 4 semaines (3 semaines de théorie puis 1 semaine de pratique).

Depuis leur création en 2012, les MOOCs ont connu un engouement fulgurant. Ces cours en lignes sont un bon mode alternatif d’enseignement et viennent compléter les formes d’enseignement classiques.

La révolution Mooc est en marche !

Les MOOC sont gratuits. Sauf si on souhaite accéder à la certification (comptez en moyenne 60 euros). Précisons qu’une fois le MOOC terminé, il n’est plus possible de suivre les cours. Les MOOCs peuvent être financés par l’entreprise (DIF) et des prix préférentiels sont accordés aux étudiants. Les chômeurs ont accès aux cours chez certaines plateformes comme OpenClassroom.

J’ai été séduite par le principe du MOOC. En effet, on explore des sujets qu’on ne maîtrise pas forcément. Actuellement, je suis d’autres Moocs. Et pour réussir, il n’y a pas de secret : l’assiduité ! Beaucoup abandonnent en cours de route par manque de temps. Difficile parfois de concilier vie professionnelle, vie privée.

Pour conclure, que valent vraiment les certificats de Moocs ?. Beaucoup ne savent pas en effet ce qu’est un MOOC. Certains émettent des doutes quant à la valeur du certificat. Néanmoins, être certifié par le biais d’un MOOC démontre une certaine ouverture d’esprit, une capacité à se former seul et surtout une volonté d’aller de l’avant.

Et les MOOC, en avez vous déjà testé ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !