Les avions font le show au salon France Air Expo

L’aéroport Lyon Bron a accueilli la 11e édition du Salon International de l’aviation Générale. Après s’être tenu à Cannes pendant huit ans, c’est la 2e fois que cet événement exceptionnel élit domicile à Bron.

Le seul salon de l’Aviation Générale en France

Du 8 au 10 juin 2017, le public est invité à découvrir toutes les nouveautés de l’aviation générale.  Plus de 120 aéronefs sont exposés. Et il y’en avait pour tous les goûts. Il est même possible de monter à bord de l’un de ces appareils. Fauteuils en cuir, accès libre aux cockpits, voilà de quoi ravir les amateurs. Embraer, Piper… l’occasion de redécouvrir quelques constructeurs bien connus du monde de l’aérien.

Le salon France Air Expo est organisé par Adone Events. Seul salon d’aviation générale en France, il s’installe depuis 2015, en alternance sur les aéroports de Lyon-Bron et Pontoise-Cormeilles, après huit éditions sur la plateforme de Cannes-Mandelieu. Le nombre d’exposants a doublé par rapport à 2014.

Le salon rassemble en un même lieu les principaux acteurs de l’Aviation Générale afin de proposer les dernières nouveautés et innovations industrielles: de l’ulm à l’avion d’affaires en passant par l’hélicoptère et tous les services et équipements dédiés, fédérations, associations, assurances, financements, la formation aéronautique…

A la Piscine un nouveau concept de restaurant à Lyon

Le 12 mai 2017, un nouvel eden débarque en bordure de Rhône ! Les lyonnais auront le plaisir de découvrir un nouveau restaurant baptisé A la Piscine. Le choix de nom n’est pas anodin puisqu’il est situé à l’emblématique piscine du Rhône. Derrière ce projet, une association bien connue du milieu culturel lyonnais : Arty Farty (Nuits Sonores, European Lab).

Un lieu atypique

La Piscine du Rhône fait pleinement partie de l’imaginaire de Lyon. Elle fait partie intégrante de notre histoire. Chaque Lyonnais connaît « La Piscine du Rhône ». En effet, elle ne passe pas inaperçue de par sa forme imposante et ses quatre lampadaires visibles de loin. Située en bordure du Rhône, le bâtiment a été conçu par l’architecte lyonnais Alexandre Audouze-Tabourin, et est inauguré en 1965.

De part sa situation géographique, A la Piscine va sans aucun doute nous égayer les papilles et les pupilles ! Avec une terrasse prometteuse, l’atmosphère sera exceptionnelle et unique. Le restaurant À La Piscine c’est une cuisine à la fois locale et ouverte sur le monde.

Culture et food, un lieu de vie où il fait bon vivre

L’aménagement du restaurant À la Piscine s’inscrit dans la continuité et le respect de son empreinte architecturale. Du printemps à l’automne, elle devient le lieu de vie principal du restaurant. Le dimanche, elle permet d’accueillir les rendez-vous les plus conviviaux et fédérateurs. Elle se décline sur tous les temps de la journée : petit-déjeuner, déjeuner, aperitivo, dîner…

Fière de ses Mères, de ses bouchons et de ses personnalités lyonnaises, l’esprit et l’assiette auront à cœur, À la Piscine, de valoriser un véritable ancrage local. À la Piscine c’est une cuisine de partage aussi bien en salle qu’en cuisine. Et qui invitera des chefs du monde entier à apporter leur savoir-faire et leur culture.

A la Piscine invitera ponctuellement des chefs du monde entier à venir apporter leur culture et leur savoir-faire.L’occasion de découvrir également les facettes de la scène gastronomique de Lyon : son histoire, ses artisans, ses produits, ses bouchons, ses traditions culinaires et recettes ancestrales…

On a vraiment hâte et vous ?

Ouvert du mercredi au vendredi, de 7h30 à 00h00
Le samedi de 9h00 à 00h00
Le dimanche de 10h00 à 20h00
Informations sur ici

Réservation uniquement à bonjour@alapiscine.eu

Rendez-vous sur Hellocoton !

Follow my blog with Bloglovin

Musée des confluences : Venenum une exposition vivante et passionnante

Lyon n’a pas fini de livrer tous ses secrets même les plus angoissants. Araignées, serpents Mygales, le poison est sous toutes ses formes au Musée des Confluences. L’exposition temporaire Venenum, un monde empoisonné est l’événement à ne pas manquer. Venenum dresse un panorama des usages du poison de l’Antiquité à nos jours.

Retour d’expérience sur une exposition vivante et passionnante avec pour la première fois au musée des Confluences la présence d’animaux vivants parmi les plus…dangereux du monde.

Une scénographie soignée

Consacrer une exposition aux poisons à travers les âges et les cultures est plutôt osé et audacieux. On découvre de manière ludique que le poison existe depuis toujours. De la mythologie à nos jours, le poison est partout. Mêlant sciences de la Vie et de la Terre, Histoire, culture, croyances, médecine et criminologie, Venenum est à la croisée des connaissances d’un comité scientifique composé de deux historiens, d’un biologiste cellulaire, d’un pharmacologue et d’un anthropologue.

L’exposition Venenum explore la thématique du poison d’une manière pluridisciplinaire. Exemple en est avec la médecine qui va chercher à guérir à travers la connaissance des poisons, et l’homme qui, au contraire, va détruire à travers la pollution… Le rapport au poison est complexe et l’exposition parvient à en explorer toutes les facettes à travers une scénographie extrêmement soignée. Que ce soit un moyen de défense ou de pouvoir, une arme mortelle ciblée ou diffuse ou encore un espoir pour la médecine de demain, les poisons ont toujours suscité crainte et fascination. 

Dans les dédales de la pièce réservée spécialement à cette incroyable exposition, on y trouve des différentes œuvres d’art mais également des collections historiques illustrant ainsi les usages des poisons au cours de l’histoire.

Lorsque l’on entre dans le « monde empoisonné » de Venenum, on explore un autre univers. On est complètement immergé dans une atmosphère sombre et fascinante. Tout est mis en œuvre pour bluffer le public : ambiance tamisée, jeux de lumières, et c’est plutôt réussi.

Le poison à travers l’histoire

Petit voyage dans l’histoire du temps des Grecs et des Romains. Ces derniers étaient déjà passés maîtres dans l’utilisation de ces substances naturelles, chaque civilisation ayant ses particularités culturelles. Une pomme rouge accueille les visiteurs. La pomme empoisonnée de Blanche-Neige… ou celles que nous mangeons et souvent traités aux pesticides.


Des bornes interactives permettent de découvrir de façon innovante le sujet.  Pour les plus courageux, il est possible de côtoyer mygales et autres animaux venimeux. Bienvenue au cœur de la nature empoisonnée !

Remonter le temps 

Au 4e étage, l’exposition permanente sur la préhistoire à voir. Cette dernière explore la question des origines de l’univers et de l’homme. Des animaux empaillés au squelette d’un dinosaure, plongez directement au cœur de l’histoire.

Après avoir admiré les œuvres d’art, allez ensuite flâner dans les différents étages du Musée. La vue et notamment l’architecture sont à couper le souffle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Follow my blog with Bloglovin

« Super demain » le festival lyonnais de la culture numérique !

Mise à jour 14 mai 2017 _ publié le 23 avril 2017

L’irruption du numérique dans notre vie courante semble aujourd’hui évidente. L’homo numéricus c’est nous… PC, tablettes, smartphones et internet font partie de notre quotidien. Un quotidien connecté et nomade…


Découvir l’univers numérique en manipulant et en testant les outils de manière ludique : voilà ce que propose Super demain.
Comme son nom l’indique, il sera question de technologies, robot  et de sciences avec ce Super demain qui réinvestit Les Subsistances pour deux journées familiales et immersives autour des cultures numériques.

Explorer et comprendre les cultures numériques

Forte de son succès en 2016, l’édition 2017 se veut plus ambitieuse pour permettre au public de découvrir les médias et les infinis potentiels du numérique. Sont prévus dans la programmation des ateliers participatifs (fabrication de robot, le monde de la data..) et des conférences portant notamment sur les réseaux sociaux, les jeux vidéos, la réalité virtuelle ou encore l’univers des makers.

 

Un événement gratuit qui a eu lieu les 13 et 14 mai 2017 aux Subsistances (Lyon 1er). Pendant ces deux jours, les Subsistances se mettent à l’heure du numérique.
Super Demain est organisé par Fréquence Écoles, association qui œuvre depuis 20 ans pour encourager une attitude critique des jeunes face aux médias.
Plus d’informations sur superdemain.fr

Le livetweet :

Rendez-vous sur Hellocoton !

La 7e édition du forum European Lab est lancée !

Rendez-vous les 25 et 26 mai 2017 aux Subsistances à Lyon pour 2 jours et 1 nuit de conférences, de débats, de rencontres et d’émissions radio !

Qu’est ce que l’European Lab ?

Fondé en 2011 avec le soutien de l’Union Européenne, European Lab est un laboratoire d’idées qui rassemble chaque année 250 acteurs européens pour éclairer,  soutenir et accompagner les initiatives qui feront la culture de demain. Dans cette perspective, European Lab organise des forums grand public, développe des projets ponctuels, anime des communautés professionnelles et sensibilise les acteurs publics.

Crédit photo : Arty Farty presse

Le grand forum European Lab a vu le jour à Lyon en 2011 et se tient chaque année en parallèle du festival Nuits sonores. Il s’est aujourd’hui développé dans plusieurs villes.
— European Lab forum, 7e édition, Lyon (mai 2017)
— European Lab Bruxelles, 1e édition, Bruxelles (septembre 2017)
— European Lab Winter forum, 3e édition, Paris (janvier 2018)
— European Lab Tanger, 3 éditions, Tanger
Chaque forum propose, à travers des conférences, débats, projections, workshops et présentations de projets novateurs, de décrypter les grandes mutations politiques, économiques, sociales et urbaines de notre époque, en invitant une nouvelle génération de penseurs et de citoyens à prendre part au débat.

Les conférences à retenir

Un programme encore enrichissant cette année.

1- Débat algorithme et Big Data
Apparus dans le débat public il y a peu, avec l’influence croissante des géants du web, les algorithmes suscitent de nombreuses réactions qui oscillent entre craintes, fantasmes et promesses. Le forum European Lab accueillait en 2016 l’un de ses grands penseurs, Evgeny Morozov, qui milite ardemment pour une politique du big data et ne cesse d’alerter les citoyens sur le « dark side » du net et des dangers qu’il fait peser sur nos libertés et nos démocraties. Les algorithmes et les données sont au cœur des polémiques sur la post-vérité, accusés de permettre la diffusion de fake news au sein des « bulles de filtre » tandis que les entreprises privées et grandes multinationales se penchent de plus en plus sur les potentialités d’un secteur au rendement infini.

À l’heure où les données sont partout, comment réguler ce qui est en train de devenir le plus grand marché mondial ?
Entre fantasme et réalité, progrès ou danger, quelles réalités et quels enjeux de sociétés posent la question du big data et de la généralisation des modèles algorithmiques ? Une conférence qui s’annonce fort passionnante.

2 – Puissance des villes : réappropriation des usages et nouvelles gouvernances
Alors qu’on prévoit à l’horizon 2050 que 75% de la population mondiale vivra en ville, la régénérescence urbaine est au coeur des enjeux de la ville de demain. Quelle place pour ses citoyens dans sa gouvernance et quel quotidien imaginer dans ces villes toujours plus tentaculaires ?
Les grandes métropoles sont aujourd’hui en capacité d’élever la voix face aux politiques menées par leurs gouvernements et de contrer
ses décisions. Il est essentiel de s’intéresser à la question des usages et du vivre ensemble dans ces grandes mégalopoles en devenir.
Face au renouvellement des politiques urbaines, les élus doivent faire la part belle aux initiatives citoyennes, aux laboratoires de design thinking appliqués à l’urbanisme et défendre la place de la culture sur ces territoires en mutation. Loin des mirages des smart cities, on parle désormais de villes résilientes et long-termistes.

3 – Ère post-vérité et médias en résistance

Désigné comme mot de l’année 2016 par le dictionnaire d’Oxford, la « post-vérité » (posttruth) est partout. Depuis le Brexit et l’élection de Donald Trump, l’usage du mot a fait un bond de 2000 % entre 2015 et 2016. Si Ralph Keyes y consacrait déjà un ouvrage en 2004, le sujet est pourtant devenu omniprésent, affirmant en toile de fond qu’une ère de la vérité aurait auparavant existé. Si le sujet est complexe et suscite de nombreux débats, il va sans dire que les nouveaux usages du web et l’utilisation massive des réseaux sociaux comme première source d’information ont facilité une diffusion sans précédent de fake news (fausses informations) sur Internet. La mécanique des algorithmes et les systèmes de curation automatique, orientés en fonction de ce que consultent les usagers, contribuent tous les jours à les bercer dans un univers d’informations homogénéisées en fonction de leurs affinités et de ce qu’ils aiment. Comment les médias peuvent-ils alors agir ?
La reconquête de l’information est lancée.

Lieu unique du forum : Les Subsistances
8 bis, Quai Saint-Vincent, Lyon 1er

Informations ici

Source  : European Lab presse

Rendez-vous sur Hellocoton !